Hawaii.Five-0.2010.S06E14.720p.HDTV.X264-DIMENSION.srt | May 2016 (136) | Full Metal Panic ! Invisible Victory E05 2018 (VOSTRFR 1080P WEB-RIP x264 AAC) COYOTE

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies… Fermer

publicité

Festival de Cannes : les films de la Sélection Officielle jamais sortis en salles


Chiffres : A moins de 10 jours de l’ouverture du 71ème Festival de Cannes, la polémique entre le Délégué Général Thierry Frémaux et Netflix est déjà oubliée. Mais la question de la sortie en salles des films projetés en Sélection Officielle reste posée.


Affiche du 71ème Festival de Cannes 2018 - D.R.

Netflix privé des marches du Palais en 2018
Netflix n’aura pas de films à Cannes cette année. Parce que le site de SVOD refuse de projeter ses films en salles en France pour pouvoir les mettre en ligne sur sa plateforme. Et surtout parce que le Festival de Cannes a décidé que tous les films en Sélection Officielle se devaient de passer par la salle en France. Comme Thierry Frémaux l’explique : « Chaque pays a sa spécificité. La spécificité de la France est qu'elle demande à Cannes de ne mettre en compétition que des films qui sont libres d'être projetés en salle. La conséquence de la chronologie signifie qu'elle sort trois ans plus tard. Bien sûr, c'est absurde. Sur le plan personnel, je pense qu'il est temps de le changer, mais pour l'instant, en 2018, nous en sommes là où nous sommes. » De son côté, Ted Sarandos déclarait dans les Echos du 19 avril«(...) la sortie simultanée en salles et sur les plates-formes Internet, va bientôt devenir la norme. Cela dépendra des pays, bien sûr. Cela interviendra beaucoup  plus tard en France où il y a trente-six mois de décalage entre les sorties en salles et sur les plates-formes de SVoD comme la nôtre. » Chacun campe sur ses positions, mais l'avenir du cinéma dépasse largement le bras de fer entre le patron du Festival de Cannes et celui de Netflix.


6 films jamais sortis en salles en 8 éditions
Dire que 100% des films présentés à Cannes sortent en salle reste théorique, car dans la pratique, si on exclut les deux films de Netflix présents dans la Sélection Officielle 2017 (The Meyerowitz Stories et Okja), il y a eu depuis 2010, 4 films qui ne sont jamais passés par une salle de cinéma : un en 2013 (Wara No Tate, Shield of Straw) et 3 en 2010 (Chongqing Blues, Soleil Trompeur 2, The Frankenstein Project), sans oublier Southland Thales en 2006. De 2010 à 2017, ce sont donc moins de 4% des films de la Sélection Officielle qui ne sont jamais sortis en salle. C’est finalement assez peu car une partie des films sélectionnés au Festival de Cannes ont un potentiel commercial bien moindre que les grosses productions des grands studios, ce qui est forcément un handicap pour convaincre les exploitants. Toutefois, la quasi totalité ont eu droit à une sortie salle classique. Pour les 4 films qui ne sont jamais sortis, à la différence de Netflix, la décision de ne pas sortir ces films en salles est postérieure à leur présence à Cannes. 



Les ¾ des films à moins de 500.000 entrées salles
Une des grandes questions qui se pose concernant Cannes est de savoir si le Festival peut propulser les films en haut du Box-Office, du fait de la simple appartenance à la Sélection Officielle. 


Pour le savoir,  il suffit de regarder les performances des 164 films qui ont monté les marches du Palais des Festivals, soit en Sélection Officielle soit Hors Compétition depuis 2010. 74% des films ont réalisé moins de 500.000 entrées salles, soit 121 films. 27 films ont réuni de 500.000 à 1 million de spectateurs en salles et seulement 11 films ont dépassé le million de spectateurs au cours de leur exploitation dans les salles de cinéma françaises, soit 6,7% des films. Les trois films qui ont réalisé plus de 2 millions d’entrées, on trouve 3 films français : Des Hommes et des Dieux (3,2 millions), The Artist (3 millions) et Polisse (2,4 millions).

2017 pire année pour la salle
On constate aussi que d’une année sur l’autre, la vingtaine de films sélectionnés réalisent des performances très variables. Le meilleur cru fut celui de 2011, avec 12,8 millions de spectateurs, porté par The Artist, Polisse et Drive, tous les trois millionnaires en entrées. La plus mauvaise performance est à l’actif de 2017, avec 3,9 millions de tickets vendus pour la salle, accident de parcours ou effet direct des choix du Festival et du Jury. The Square, Palme d’Or, n’a rassemblé que 351.000 spectateurs en salles. Pour les observateurs les plus critiques, la faiblesse de la performance de 2017 au Box-Office s’explique aussi par le fait que les 2 films de Netflix ne sont pas sortis en salles ; encore eut-il fallu qu’ils fassent chacun plus d’un million d’entrées salles pour que 2017 se hisse au niveau des autres années, à plus de 6 millions d’entrées salles. 2018 est donc un cru particulièrement intéressant, car si le Festival ne joue plus son rôle de promotion du cinéma mondial, il risque de devoir s'adapter plus vite que prévu aux nouvelles contraintes du marché, partiellement imposées par les nouveaux diffuseurs.



Concilier numérique et tradition festivalière
A l’heure de la VOD et de la SVOD, on peut toutefois s’interroger sur la pertinence de continuer d’imposer des sorties salles à des films qui font quelques petits milliers d’entrées et qui malgré leur intérêt artistique – ils ont été sélectionné pour le plus prestigieux festival de cinéma du monde – ont un cycle de vie particulièrement court et un rayonnement géographique le plus souvent très limité. Sur les 41 films qui ont réalisé moins de 100.000 entrées en salles, combien auraient touché un public plus large en étant immédiatement disponibles sur des plateformes à la demande, sous la forme d’une sortie simultanée, day&date comme disent les américains ? Difficile de répondre sans chiffres à l’appui. Ce que l’on sait, c’est que sur ces 41 films de moins de 100.000 spectateurs en salles, 38 ont eu droit à une sortie DVD et selon le site de référencement du CNC, 33 sont actuellement disponibles dans une offre à la demande à l’achat ou à la location. 

Une des grandes questions qui se pose aujourd'hui à la profession est de savoir si le passage par la salle est indispensable, au delà d'une Sélection à Cannes, et si c'est le meilleur moyen d'en assurer une distribution efficace. Le producteur Marc Missonnier pose d'ailleurs la question dans un tweet : "il faut laisser le choix au producteur de la meilleure exploitation possible de son film." 



A lire aussi :

Le marché mondial du divertissement boosté par le numérique

La MPAA (Motion Picture Association of America) publie les données consolidées du marché mondial du cinéma et de la vidéo...

Pascal Lechevallier

A propos de Pascal Lechevallier

Spécialiste de la dématérialisation et des médias, Pascal Lechevallier effectue une veille permanente du marché, des acteurs, des services, des innovations et des comportements qui contribuent à construire le Digital Living Room.

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

2 réponses
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • C'est un peu comme la centralisation (le minitel 2.0) ou encore la non neutralité du net.
    L’exclusivité des médias, au final est forcement nocif pour l'utilisateur final.

    Bref, l'obligation de mettre son œuvre à disposition des projeteurs cinématographique est bien le minimum que doit imposer Canne.
  • 
  • ... le cinema est un divertissement !!! tout autre approche fait de l'outil "cinema" en lui-même autre chose qu'un divertissement.

    Or, les spectateurs désirent voir un film, une œuvre de divertissement et non pas une purge digne d'un livre technique ou d'un mode d'emploi.

    En 2017 et depuis quelques années, les films primés au festival de Cannes sont "tout", sauf des films de divertissement. ce sont des diagnostics médicaux, des ordonnances psychologiques ou des annuaires du téléphone.... bref ce sont des tranches de vie les plus noires, les plus déprimantes et en aucun cas des moments de rêves ou de plaisir -sauf pour les maso.... payer 10 euros pour voir le malheur sous toutes ses formes n'est en rien un plaisir!

    Quand le festival de Cannes récompensera des œuvres de divertissement, les films primés seront a l'affiche et rapporteront de l'argent aux salles....
publicité